Les Occitans détestent Macron, les Catalans détestent le roi

Pourquoi nous Gilets Jaunes occitans nous soutenons la Catalunya.

A la suite du jugement injuste contre les leaders politiques et sociaux du mouvement indépendantiste les rues de Barcelone et des grandes villes catalanes sont en tumulte.

Des centaines de milliers de personnes manifestent régulièrement, des milliers bloquent les grands axes de communication et d’autres de plus en plus nombreux dressent des barricades.
Nous autres Gilets Jaunes occitans, nous nous enthousiasmons pour cette grande mobilisation populaire.

Nous la regardons avec nos yeux d’occitans et pas de Français. Un Français ne peut qu’avoir du mal à comprendre une telle révolte, un occitan a plus de facilité. Nous partageons une longue histoire commune avec les Catalans, ce sont nos voisins, voire nos frères, notre culture n’est pas éloignée et le catalan ne s’est différencié de la langue occitane qu’au 13e siècle. La construction des États français et espagnols nous ont éloignés, mais l’immense mouvement populaire actuel va nous rapprocher.

Nous vous présentons un point de vue, celui de Gilets Jaunes occitans, il sera différent des médias sans aucun doute. On pourrait penser que la revendication catalane n’est pas la même que celles des Gilets Jaunes et pourtant de nombreux points nous rapprochent.

En tant qu’occitans et Gilets Jaunes nous apportons notre point de vue qui pourra peut-être apporter un éclaircissement.

Si l’Occitanie historique (« Grand Sud » de l’État français) a été et est la zone la plus active des Gilets Jaunes avec Tolosa et Bordèu comme épicentres, ce n’est pas par hasard. Les Occitans ont été rattachés à la France après de longues et violentes guerres. C’est le Nord et particulièrement Paris qui a fait la France.
Aujourd’hui quand un petit occitan apprend l’histoire de France, il apprend l’histoire de ses conquérents et pas la sienne.
Le royaume d’Espagne a eu peu ou prou la même construction politique : un centre a mangé les périphéries. De la lutte armée contre l’invasion française aux luttes anti-centralistes, en passant par les révoltes hérétiques, les jacqueries jusqu’au maquis du Limousin, au renouveau littéraire, à la création des Calandretas, le cœur de notre peuple est rebelle, insoumis, et il bat toujours ! Outre notre difficile réalité économique, c’est cette longue histoire de lutte qui fait que nous luttons aujourd’hui comme cela.

La construction politique française, avec l’hyper concentration des pouvoirs, de l’économie, de la culture a crée un territoire complètement déséquilibré. La métropolisation a encore accentué les déséquilibres. Des millions de citoyens se retrouvent sur le côté du chemin et sont traités comme des moins que rien. Avec ce système le pouvoir est très loin, nous ne contrôlons rien, nos élus locaux sont des marionnettes sans pouvoir ou qui servent les intérêts du centre.
L’Occitània est un territoire désindustrialisé historiquement en dehors de quelques grands pôles. Et encore l’économie de la région toulousaine ne dépend que d’Airbus, c’est à dire que si nous ne vendons plus d’avions, il n’y aura plus grand chose ici. Tout comme les Bouches du Rhône ne dépendent que de l’armement, les exemples sont légion.

Les Gilets Jaune se battent pour pouvoir vivre décemment, pour avoir une emprise sur leur vie et pour pouvoir véritablement décider. Mais en face un pouvoir lointain, froid et dur n’en à que faire.
Les Catalans luttent, au fond, pour les mêmes choses, pour une véritable démocratie, pour décider chez eux et pour eux. A la différence que les Catalans ont compris vraiment leurs problèmes, la main mise de Madrid sur leur pays, alors qu’ici nous pensons encore que tout doit venir de Paris.
Ici, nous sommes aliénés, nous ne connaissons pas notre histoire, on nous a volé notre culture et la langue de nos anciens, nous ne savons même plus ce que signifient nos noms de familles, de rues, de villes et de lieux-dit.
La France n’a jamais rien eu à faire de nous, nous sommes une variable ajustable. Balancés en première ligne en 14, les « sudistes » ont payé très cher leur « amour de la patrie ». L’orientation des capitaux a fait que notre pays n’a que très peu d’usines, et notre accent est la risée du pouvoir central, de ses médias ou de ses politiciens.

La grande Occitània sert de zone de vacances et de retraite pour les riches du Nord. La beauté des campagnes de notre pays n’arrive plus à cacher les immenses difficultés de son peuple. Dans les métropoles monstrueuses l’arrivée massive de nordistes font exploser le prix de l’immobilier. Bordeaux est colonisée par des Parisiens, notre peuple n’a plus qu’a partir. Le prolo local ne s’en sort plus. Notre culture occitane est traitée comme une chose étrangère, la langue occitane est la seule langue d’Europe de plus d’un million de locuteurs qui n’a ni chaîne de TV ni radio publique, c’est dire…

Nous sommes encore plus niés que sous une monarchie.

Les Gilets Jaunes ont commencé à rompre, mais nous devons aller plus loin !
Nous devons nous affirmer occitans et lutter pour récupérer nos vrais droits politiques, nous ne devons plus rien attendre ni de Paris ni de Macron.
Les Catalans nous donnent l’occasion de nous retrouver et de nous questionner sur ce que nous sommes vraiment. Pourquoi les médias Parisiens (ou français, c’est un pléonasme) ne parlent pas de ce gigantesque mouvement ?

Parce qu’il connaissent l’Histoire, il savent ce qu’on nous a fait et donc il ont peur, plus que tout, que nous prenions conscience de qui nous sommes. Des Occitans qui luttent en étant conscients d’eux-mêmes seraient le pire cauchemar de Paris. Rappelez vous quand les forces de l’ordre avaient arraché les drapeaux occitans, ils n’auraient jamais fait ça avec le drapeau tricolore.

Nous sommes des Gilets Jaunes et nous aimons faire cauchemarder les politicards ! Le drapeau tricolore n’est pas subversif c’est celui de l’ordre. Trois couleurs, le bleu et le rouge symbolisant le peuple de Paris entourant le Roi (blanc).
Où sommes-nous dans ce projet ? Nulle part ! Voyez la police agir, est-ce des forces de l’ordre ou d’occupation ? Ils nous aiment que quand nous sommes des clichés entre Rugby, Pétanque et Ricard, le parfait méridional abâtardi.

Comme les Catalans, les occitans ont tout les traits d’une nation, c’est-à-dire d’une communauté humaine stable, historiquement constituée, née sur la base d’une communauté de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit dans une communauté de culture. La nation occitane s’est enrichie des apports extérieurs au fil des siècles et cela continue de nos jours. Notre nation dort encore mais elle se réveille, le Méridional va faire suer Paris !

Nous devons lutter pour un pouvoir à nous, pour nous, qui s’occupe des nôtres. Nous devons contrôler nos impôts et nos richesses ici. La République française-Parisienne est un spectacle de marionnettes contrôlée par les patrons du CAC 40. Nous voulons une République du peuple et nous la voulons chez nous.

Retrouvons-nous et acceptons ce que nous sommes et luttons comme les catalans pour une République à nous et pour nous. Un pouvoir qui pourra mettre l’économie au pas et qui appartiendra au peuple.

Tant que nous accepterons le jeu de Paris nous perdrons.

Nous avons l’occasion de faire tomber ces stupides frontières et de nous retrouver avec nos cousins historiques.
Nous avons déjà lutté main dans la main avec les catalans lors de la conquête de l’Occitània centrale (souvenons nous de la bataille de Muret!)
Aujourd’hui nous pouvons retrouver ces liens vieux de huit siècles et faire que les Pyrénées soit la colonne vertébrale d’une nouvelle révolution en Europe !

Alors si vous pouvez, partez à Barcelone avec les drapeaux occitans, vous serez accueilli comme des frères et sœurs. Ou si vous ne pouvez pas soutenez les sur les réseaux et dans la vie.

Occitans Sèm una nacion !

Visca la republica occitana e catalana !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *