Occitan-e-s contre l’impérialisme des USA !

Le vendredi 03 janvier 2019, les USA ont assassiné via une frappe de drone Ghassem Soleimani, général militaire iranien, commandant de la Force Al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la révolution islamique.
L’opération eu lieu a l’aéroport de Bagdad en Irak, quatre autres officiers des Pasdaran iraniens et plusieurs hauts responsables des Hachd Al-Chaabi sont morts, dont le chef de la milice Kataib Hezbollah, Abu Mahdi al-Muhandis.

Nous avons donc ici la première puissance impérialiste mondial, les Etats-Unis, qui lance un acte de guerre une fois de plus, au Moyen-Orient, après avoir dévasté l’Irak et l’Afghanistan.

La réponse Iranienne ne s’est pas faite attendre, le mercredi 08 janvier, deux bases militaires américaines en Irak étaient visées par 22 missiles, n’occasionnant que des dégats matériels selon Washington.

Quelques heures plus tard, le régime iranien sous pression maximal, à abattu par erreur un boeing 737 avec 176 personnes à bords, dont 82 iraniens. Cela s’ajoutant à la cinquantaines de personnes mortes dans une bousculade lors des funérailles de Soleimani.
L’Iran se trouve déstabilisé et essuies les critiques internationales, c’est un faux pas qui leur coûte cher.

Les Etats-unis sont alors en position de force et jouent la carte de l’apaisement, ils en profitent actuellement pour soutenir la « contestation démocratique » intérieur au pays iranien, on ne pouvait en attendre moins.

Que s’est-il passé dernièrement ?

-Mai 2018 : Donald Trump retire les Etats-Unis de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Ce compromis signé avec l’Iran, la Russie, la Chine, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, visait à limiter le programme nucléaire Iranien.

-Aout 2018 : Des « sanctions économiques » contre l’iran : sur les secteurs bancaires, des matières premières, de l’automobile et de l’aéronautique civil. En novembre de la même année, elles se sont étendues aux secteurs pétrolier et gazier ainsi qu’à la banque centrale iranienne. 

-2018-2019 : L’iran annonce ne pas respecter l’accord de Vienne et relance son plan pour accroître le nombre de centrifugeuses et enrichir l’uranium au dessus du taux autorisé.

-Une ressource, le pétrole, au cœur de la guerre économique. L’iran contourne le blocus imposé par les USA concernant l’exportation de pétrole.

-Juin 2019 : Les incidents de navires pétroliers s’accentuent, la tension est maritime mais aussi aérienne, des drones sont abattus coté américain et iranien.

-Mi-septembre, ce sont deux infrastructures du secteur pétrolier saoudien, ennemie de l’iran, allié des USA, qui sont pris pour cible, l’iran est accusé, mais l’action n’est pas revendiqué.

-Novembre 2019 : Israel bombarde des sites iraniens en Syrie.

-Fin décembre 2019, les Etats-Unis ont lancé des raids aériens, tuant vingt-cinq personnes du mouvement proche du Hezbollah pro-iranien en Irak et en Syrie.

Deux jours après, des milliers de partisans du Hachd Al-Chaabi, une coalition de milices chiites pro-iraniennes, force l’entrée de l’ambassade américaine en Irak.

Le 03 janvier, les USA assassinent le général Soleimani.

La première puissance impérialiste à la manœuvre :

Les médias présentent cette chronologie comme une simple escalade entre deux pays, en verité cela fait parti d’un plan réfléchis de la 1ère puissance impérialiste que ce sont les USA et non le fruit du hasard.

Soleimani était un général expérimenté, qui avait pensé, organisé, dirigé la politique régionale iranienne depuis plusieurs décennies. Le plan des Etats-Unis était bel et bien de tué la direction politico-militaire iranienne au sein de la région ( Irak, Syrie, Liban. ) à travers le personnage du général.


C’est une politique de pression sur le régime iranien. Où militairement, les Etats-Unis savent très bien qu’ils sont en sur-puissance, à titre de chiffres, les Iraniens ont un budget de 20 milliards de dollars pour leur armée quand les Américains ont un budget de 700 milliards de dollars, soit la moitié des dépenses militaires de la planète.

Photo illustrant l’imperialisme des USA.

Il ne s’agit pas ici de se positionné avec l’Iran ou d’avoir une complaisance envers ces généraux, l’état et les gardiens de la révolution. En politique intérieur, l’Iran à dernièrement réprimé dans le sang des soulèvements populaires et nous nous plaçons bien entendu du coté des classes populaires iraniennes, celles qui feront la révolution. Mais il faut déceler avant tout ce qui est primaire et secondaire dans une telle escalade militaire.
L’Iran agit certes de façon impérialiste régionalement, en Syrie, en Irak, au Liban et au Yemen, mais ne peut être scientifiquement traité d’impérialiste. Ils sont semi-indépendant.

Nous pouvons imaginer à présent que le but des USA est de faire reculer les milices iraniennes en Irak et Syrie, faire ainsi reculer les Russes et reprendre le contrôle de l’Irak.


Avoir une vision occitane sur le monde :

-Les Occitans doivent se mobiliser et se positionner contre la nouvelle agression impérialiste américaine au Proche et Moyen-Orient.

-Nous devons nous porter solidaire des peuples d’Iran, d’Irak, de Syrie, qui vont une nouvelle fois être sous les canons des USA.

-Nous devons nous sensibiliser de manière générale aux questions impérialistes.

-Pour comprendre ce qui se passe ici en Occitània et dans l’état francais, nous ne pouvons dissocier ce qui se passe à l’échelle internationale, tout étant lié.

-Nous devons donc avoir une grille de lecture à 2 échelons :

-un interne à l’etat francais : le « retour » de la lutte de classe, accroissement des inégalités riche/pauvre depuis la crise de 2008, retour de la lutte avec les Gilets Jaunes, déstructuration du code du travail, attaques sur les acquis sociaux…

-A l’internationale : accroissement des tensions entre puissance imperialistes et donc l’accroissement de la volonté de celles-ci d’acquerir des richesses, coups d’etat et revolte en amerique latine, proche-moyen orient…

-Dans ces 2 échelons, une accélération historique est perceptible actuellement.

-Il est important d’avoir cette lecture sur le monde pour comprendre les enjeux politique qui se jouent, s’armer idéologiquement pour construire un mouvement révolutionnaire en Occitània.

-Nous ne pourrons nous libérer de l’état français, sans être solidaire des autres peuples de l’hexagone et du monde, la révolution ne pourra qu’être internationaliste

-Le 21ème siècle sera décisif pour le capitalisme, le peuple occitan doit prendre part dès maintenant aux premières pierres révolutionnaires qu’a posé le Front Popular per la Républica Occitana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *