Nouveau référendum en Kanaky

Ce dimanche 04 octobre 2020 aura lieu un deuxième référendum d’indépendance pour la Kanaky, après celui du 04 novembre 2018, où le « Non » l’avait emporté à 56% des voix.

Pourquoi un 2ème référendum après la victoire du non ?
L’accord de Nouméa, signé le 5 mai 1998, prévoyait l’organisation d’un referendum pour l’accession à la pleine souveraineté de l’île d’ici 2018 et en cas de victoire du « non », la possible organisation d’un deuxième, voir d’un troisième référendum.
Nous reprendrons un discours que nous avions écrit pour le premier référendum, lors de rassemblement à Tolosa et Pau, où nous abordions la Kanaky et ensuite l’Occitània.


« Le 4 octobre prochain les habitants de Kanaky iront voter pour un référendum qui déterminera si la Kanaky deviendra un nouvel État indépendant. Soyons clair, les dés sont pipés, la Kanaky est une colonie de peuplement où le peuple kanak est devenu minoritaire.
L’impérialisme français a de plus beaucoup à perdre, en effet l’île détient entre 20 % et 30 % des réserves mondiales connues de nickel et elle augmente sa zone économique exclusive (ZEE) de 1.5 millions de km2. C’est donc un pivot de l’impérialisme français dans le Pacifique. Tout porte à croire que ce référendum existe donc pour être perdu. Nous ne croyons plus à l’humanisme de la République depuis longtemps. Quoi qu’il en soit, nous ne prendrons pas parti dans la stratégie des organisations indépendantistes kanaks, nous n’en avons pas la prétention, nous tenons plutôt à apprendre de leurs luttes.
Nous sommes ici pour affirmer que la Kanaky doit être indépendante, c’est un droit inaliénable. L’État français doit quitter le Pacifique et toutes les régions du monde. Nous sommes ici pour affirmer notre soutien sincère aux masses kanaks en lutte.
Nous tenons à saluer ce peuple millénaire qui n’a jamais cessé de lutter avec dignité contre le colonialisme, la barbarie et l’impérialisme. Les événements de la grotte d’Ouvéa ont montré le vrai visage de la République, celle d’un système qui n’hésite pas à torturer, massacrer pour maintenir son pouvoir.
Il devrait y avoir des dizaines de rassemblements dans tout l’État français pour réclamer l’indépendance, mais la gauche est absente. Elle ne veut pas s’attaquer au pré carré français, ne pas toucher à l’impérialisme, pire elle le défend. La vérité c’est qu’elle profite des royalties que procure l’impérialisme et peu importe que tout cela provienne de pillage de masse des pays dominés.

Nous voulons dire à tous nos camarades kanaks que nous soutiendrons leur combat et peu importe le chemin qu’il prendra.
Nous voulons aussi leur dire que nos portes seront toujours ouvertes. »

Voilà trois questions pour démontrer l’entreprise de dénationalisation et d’aliénation que connait notre peuple également. Il y a 100 ans nous aurions fait ce discours totalement en occitan et tout le monde aurait compris, originaire d’ici ou d’ailleurs. Il y a 100 ans tout le monde parlait occitan.Ce n’est pas un accident de l’Histoire, une erreur, ou bug mais le résultat de deux choses :
– La première c’est la conquête politico-militaire de l’Occitània par les Français commencée lors de la croisade il y a 800 ans. Conquête qui a permis de bâtir l’État moderne et ouvert la porte de l’Afrique et de la colonisation.
– La seconde c’est l’application d’une politique pensée, planifiée, organisée par l’État français , depuis le XIXe siècle, qui vise à faire disparaître la communauté linguistique occitane et donc notre nation. Cet acte politique porte un nom, cela s’appelle un ethnocide. En République française, l’ethnocide est progressiste. On détruit l’occitan pour que nous soyons tous égaux ! C’est au nom de l’égalité, de la laïcité et contre le communautarisme qu’on détruit une culture, une langue vieille de mille ans. Qu’on aliène un peuple, qui ne sait même plus ce que signifient ses noms de familles, ou les noms de villes, des rues, des montagnes. Bref, son univers proche. On bâtit une Histoire totalement étrangère et bien souvent mensongère aux gens d’ici.

Hollande dans un discours nous disait qu’il n’y a pas d’accès à la culture, au jugement, si on ne maîtrise pas le français. Voilà un homme de gauche assurément français. Voilà le colonialisme, l’impérialisme le plus violent et immonde, celui qui se pare du progrès.
La répression linguistique, culturelle, nationale de fait, le mensonge historique est constitutif de la République française, car elle est née sur la négation du fait multinational de l’Hexagone. République dominée par la bourgeoisie française qui s’est fortifiée dans la colonisation outre-mer. Nous sommes toujours au temps de la 3e République de Ferry, où il fallait imposer le français et soumettre par la force, le pillage, les massacres, les nations d’Afriques et d’Asie. Notre ethnocide en cour n’est qu’une facette de la construction de l’État français, bâti sur le génocide colonial, sur les guerres de rapines impérialistes et la répression de la classe ouvrière.
Il n’est qu’une facette de l’oppression et de l’impérialisme. Mais tout cela ne serait pas grave si la « gauche » n’avait pas adhéré volontairement ou tacitement au projet. Que de mépris nous avons reçu, nous défenseurs des patois arriérés. Que de regards de pitié pour ce combat dans la glorieuse capitale universelle des droits de l’homme. On ne va pas tout de même revenir en arrière ! Non assurément pas. Mais voilà les temps changent ! La crise mondiale du système impérialiste provoque une crise de civilisation, une crise identitaire. La France est dans la tourmente, elle se disloque.
Et quand il y a le feu on appelle le pompier social-democratie, la gauche ressort les drapeaux tricolores, la Marseillaise !
Vite les musulmans veulent bouleverser notre mode de vie, nous sommes tous Charlie , À bas la province qui veut balkaniser la France ! À bas le drapeau rouge, vive le peuple français intercontinental de Paris à Nouméa. On crée des ennemis intérieurs. La France puissance nucléaire serait menacée par le hallal à la cantine. Les défenseurs des langues nationales dominées sont des agents de l’Allemagne. Rien d’étonnant, en fait, dans un pays où Eric Zemmour est un intellectuel.
La propagande est puissante, violente, elle est déversée quotidiennement dans les médias. Et pourtant des dizaines de milliers de gens ont voté pour Occitanie comme nom de région, certes seulement 1/4 de notre nation mais quand même ! Nous avons eu 5 grandes manifestations de masse, 35 000 personnes ont défilé a Tolosa pour la langue occitane ! Nous sortons lentement mais sûrement de notre torpeur. Qui accepte cet ethnocide est du côté de l’oppression nationale, est du côté de la préservation de l’État bourgeois et de la domination impérialiste.
Nous ne pouvons construire une nouvelle maison sur de telles fondations, il faut tout raser, réétudier les plans et rebâtir. Rien ne pourra se faire sans l’acceptation que la France est multinationale et qu’il y a une nation occitane qui a le droit de vivre, de s’émanciper, de s’autodéterminer.
Nous, premiers indigènes des Français, nommés comme cela dans les statuts de Pamiers en 1212, statut de type colonial visant à régir la société occitane fraîchement conquise par les Français nous tendons une main, ou plutôt notre poing, aux derniers, nous l’espérons, des indigènes. Nous tendons notre poing à tous ceux et celles qui veulent en finir avec l’impérialisme français aux 4 coins du monde ! De Nouméa au 9.3, de la Castelana à Point à Pitre !

Nous devons nous unir, nations sans État, peuples sous domination coloniale directe, indigènes d’Hexagone et bien sûr le prolétariat blanc 100 fois trahi par les bateleurs de foire.
Ils nous disent 1789, répondons 25 juin 1218, la mort de Simon de Montfort .
Oui les temps nouveaux sont arrivés, ayez confiance, ayez foi dans la justesse de nos combats ! Ne tremblons pas devant l’ennemi car rien n’est éternel, hier Tamanrasset c’était la France, l’Occitanie sort de sa torpeur, alors rejoignez-nous pour bâtir un nouveau pays pour une nouvelle vie !

Vive la nation occitane indépendante, Vive la république populaire occitane.
Vive la Kanaky !
Vive la lutte indigène !
À mort l’impérialisme !
« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *