Bilan et Horizon – 2021

Comunicat del FPRO – Version OC/FR


[OC] En aquesta debuta d’annada, volèm far un bilanç brèu e un estat dels luòcs en tota transparéncia.

Emergéncia dins un moment clau istoric

Avèm fargat una nòva organizacion revolucionària occitana, independentista, 3 ans fa, aprèp mantuna annadas de reflexion.

L’avèm volguda bastir sus tot lo territòri occitan, en menar un projècte de societat per Occitània e per sos estatjants e estatjantas amb aquela idèa de bastison d’un Estat occitan e una Republica populara.

Avèm dubert d’analisis sul territòri nòstre, amb mapas, sèm nosautres qu’avèm avançat l’idèa d’etnocidi, portat lo concèpte de nacion occitana e mes en davant la nocion de pòple occitan.

Aquel lançament se faguèt dins un moment clau de l’Istòria de la debuta del sègle XXI en doas parts.

Primièr, un lançament en meteis temps que lo moviment dels Gilets Jaunes, amb l’afirmacion de las populacions perifericas e lo començament d’una crisi politica màger.

Coma militants dempuèi d’annadas, sabiam que jorns de lucha emai conflictuals devián arribar, pasmens podiam pas imaginar un moviment d’aquela amplor fin de 2018 e tot çò que produsiriá e metriá en causa.

Participèrem cap e tot a aquel moviment, en decelar lo sieu sens pregond tre la debuta e en tot èsser sul terrenc amb los que luchan, poguèrem véser sos limits e patiguèrem, coma fòrça organizacions, de dobtes e conradiccions intèrnas.

Nos a aprés aquel moviment que las manifestacions grandas, regularas, cada dissabte, emai radicalas, sufison pas per far cambiar las causas.

Aquò pòt èsser necessari, çaquelà es pas una fin en se.

Sens cap d’organizacions, estructuracions, plans, estrategia, objectius, estapas de passar, semblarà tostemps a la meteissa causa e podrà pas que far mèuca.

Nosautres pensam important de plan comprene aiçò, una insurreccion es pas una revolucion.

Segond, avèm fargat una organizacion de « liberacion nacionala » pendent un periòd particular de las luchas de liberacion nacionala. Òm a pas qu’a analisar çò que se debana en Catalonha, Bascoat, Corsèga, Bretanha, Curdistan o Irlanda. Las luchas de liberacion nacionala se tòrnan inventar e cèrcan d’estrategias novèlas, aquò nos fòrça de soscar a las possibilitats que se presentan a nos pel sègle que ven.

L’exemple catalan nos mòstra que non podèm pas arribar a una liberacion nacionala per una presa de poder per las eleccions. Uèi, s’obten pas d’independéncia pel biais de las eleccions ni en esperar que los elèits borgeses la nos pòrten sus un platèu, nimai, dins una Euròpa d’Estats fòrts, per una lucha armada clandestina longa. Aquò nos tira pas la nòstra volontat de democracia pel pòple nòstre, emai pensam que d’unas eleccions pòscan èsser pertinentas.

Lo camin de seguir es doncas en reflexion al moment ont vesèm que pas cap d’Estat daissarà un tròç del territòri sieu s’escapar pacificament. Sèm en plena crisi del capitalisme e dels païses imperialistas. La responsa de l’Estat non podriá pas èsser dispensada de violéncia e repression.

L’ora es ara dins l’Estat francés al refortiment del sentiment nacionalista francés, al replec identitari, a la lei sul separatisme, a l’obligacion del drapèl tricolòr dins las escòlas, a la refòrma Blanquèr…

Lo retorn d’una lucha de las classas

Mentre qu’entre 2010 e 2018, fòrça estudis, libres, estatisticas avançavan un creis de las disparitats entre rics e paures, que la classa mejana s’engrunava, lo moviment dels Gilets Jaunes venguèt confirmar lo fenomèn e assegurèt lo retorn de la lucha de las classas.

Quitament se s’èra pas jamai estompada, vivèm tornarmai un antagonisme fòrt e una radicalitat sens precedent dempuèi matuna decennias, amb de segur una repression estatala al nivèl de la situacion.

Una de las reivindicacions màger dels Gilets Jaunes foguèt lo retorn de l’ISF, lo moviment guinhèt del det los que s’enriquisson a braç virat pendent que d’unes s’empaurisson de mai en mai.

Aquel fenomèn es totjorn a l’òbra al mièg de la crisi sanitària que d’unes i atenhon recòrds de profièit.

Un rapòrt recent d’OXFAM a desvelat que las inegalitats se son aprigondidas pendent la crisi de la Còvid-19. Mentre que los mai rics contunhèron de s’enriquir en 2020 malgrat la pandèmia, son ara 10 milions de personas a viure jol lindal de pauretat, es a dire 15 % de la populacion. Los espleitadors aprofitan de la crisi quand los espleitats s’enfonçan dins la pauretat.


Una radicalitat territorializada

Dins lo moviment que nasquèt en 2018, Occitània se revelèt coma una de las zònas mai bolegantas de l’Estat francés, per non pas dire LA zòna, amb Bretanha e París, que son airals istorics de susmauta.

Quicòm d’occitan doncas, d’unes jornalistas poguèron evocar una region istorica de contèsta, la tèrra de refugi dels republicans espanhòls, lo « Miègjorn Roge » conegut coma tèrra esquerrista pendent las eleccions, los maquises de la Resisténcia de 39-45, la revòlta dels vinhairons de 1907 o quitament los catars…

Los 800 ans de revòlta populara dempuèi la nòstra annexion, son pas un mite.

Tolosa, Bordèu, Narbona, Lo Puèi, Montalban, Tarba, Marselha, Montpelhièr.

Tant de vilas nòstras mobilizadas e per consequéncia d’occitans e occitanas per carrièra, amb la volontat de cambiament.

Emai son reivindicacions portadas per de populacions perifericas, fins ara tant oblidadas, amb mots d’òrdre coma « justícia sociala », « sobeiranetat », « mai de democracia dirècta ».

Encara uèi, aquela radicalitat a totjorn pas demesida, se podiá véser pendent las manifestacions contra la lei securitat globala, que comptavan fòrça gents e una contèsta pro fòrta.

Èsser militant

Aquel moviment venguèt destorbar lo cors de la practica militanta, que la màger part de nosautres i banhàvem dempuèi nombrosas annadas.

Còp-sec èsser militant, èsser revolucionari, a tornat prene lo sieu sens d’origina, de saber, se metre en jòc, s’organizar, far pròba d’auto-critica e de disciplina, creire e avançar per un projècte, portar l’optimisme del cambiament e, perfin, èsser victima de la repression.

Coma la màger part dels militants e doncas de las organizacions de l’Estat francés, sèm dins una passa de soscadissa sus la linha politica justa d’adoptar.

Bastison de la nòstra linha politica

Avèm vist recentament aparéisser la question de la sobeiranetat, de l’escala de decision politica, d’una democracia mai dirècta amb lo RIC.

Coma occitans, e coma los autres pòbles de l’exagòn, i podèm véser segur un sens amb nòstras luchas dempuèi matuna decennias, amb per exemple lo plan conegut eslogan d’ençò nòstre « viure al país » que lo mitan politic independentista i aviá apondut « viure e decidir al país ».

La tòca d’aduèi es plan de tornar prene lo contraròtle de las nòstras vidas, economia, d’Occitània.

Nòstras reivindicacions e aspiracions son uèi mai que jamai justas, nos cal ara transformar aquò e definir una linha.

Sèm pas vergonhoses de nos dire ara dins un revolum actual, ont lo neoliberalisme es subrefòrt e, en fàcia, moviments, organizacions, una esquèrra sus la defensiva.

Nos devèm tirar aquela actitud de l’esperit, de nòstres projèctes, de nòstras reivindicacions e nos virar cap a l’ofensiva.

Pasmens, l’error que foguèt faita tre la debuta, èra de voler, amb l’influéncia d’ancians membres, aplicar una linha politica preestablida, ja definida, estreita, mentre que la deuriam bastir de longa. Tant de tèmas sont encara fragiles. Menèrem un esquèma del « socialisme » que nos pareis a l’ora d’ara inadaptat e dins l’impossibilitat de respondre a la nòstra epòca, amb una question centrala de « cossí prene lo poder en Occitània ? »

Es doncas amb umilitat qu’afirmam que la nòstra linha e organizacion contunhan lor bastison, qu’aquesta linha serà la resulta de trabalhs intèrns mas tanben d’escambis amb d’autras organizacions de luchas de liberacion nacionalas e revolucionàrias.

Mentretant, podèm ja afirmar los punts de nòstra linha potilica que cambiaràn pas :

– Reoccitanizacion : luchar contra l’etnocidi, per una reconquista de nòstres dreits democratics nacionals, lingüistics e culturals.

– Un projècte occitan sus Occitània tota

– Afirmar la volontat d’una Republica Occitana,

– Adoptar la question federala e respectar las particularitats de cada país que fòrma Occitània :

Provença, Gasconha, Lemosin, Auvernha, Lengadòc, Guiana, Païses Vivarò Alpencs, Vath d’Aran, Valadas Occitanas italianas e País Nissart.

– Per un país liure de tot imperialisme, del faissisme e de totas las discriminacions.

– Per un país que sosten las luchas de liberacion contre las politicas imperialistas.

– Aquelas darrèras annadas se son refortidas las luchas feministas. Las violéncias sexistas son mai que jamai denonciadas e maifestacions contra la dominacion masculina se tenon un pauc de pertot dins lo mond. Demòra plan de camin teoric e practic de far a l’occitanisme politic sus aquela question.

– Bastir las basas d’un projècte alternatiu al capitalisme en Occitània, en ligam amb los autres pòples de l’Estat francés, espanhòl e italian… perque non nos podrem desliurar solets. Deurem tirar un bilanç de las experiéncias del sègle XX e de la debuta del sègle XXI.

Se coma l’avèm dit, la question de la presa de poder sul territòri nòstre es una de las problematicas e soscadissa màger, nos empacha pas de poder bastir en tot esperar d’estructuras occitanas, de contra-poders, de primièras pèiras, d’utisses de la futura Republica nòstra, coma per exemple un « omnium occitan » …

Lo desvolopament de contra-poders mencionats mai naut, benlèu una idèa fosca que coneis pasmens cases plan reals aduèi, se deurián bastir coma une responsa al desengatjament de l’Estat dins d’unes caires de la societat, subretot al nivèl local. Lo poder estatal vend sos bens e servicis a la borgesiá en tot abandonar mai los territòris (comunas e barris de vila) a lor sòrt. Es dins totes aqueles endreits « demembrats » de París que pòdon espelir las futuras estructuras socialistas e democraticas nòstras. Una manmesa fòrça localizada sul partatge del poder, sus una mena de collectivizacion de la produccion, quitament incompleta, sería ja una avançada bèla e una experiéncia preciosa en aquesta debuta de sègle.

L’Occitània de 2021

Uèi l’existéncia d’una region que pòrta lo nom d’Occitània pausa problèma. S’aquò ten aspèctes positius per l’airal cubèrt per la quita region, que lo sentiment occitan s’i desvolopa : preséncia de la crotz occitana, del mot « Occitanie », conscientizacion sus la cultura, l’istòria, sos limits administratius demòran un empach.

D’un band, aquesta region englòba territòris catalans doncas non-occitans que patisson de l’amalgama parisenca, simptomatica d’un Estat central que se maina pas de las minoritats nacionalas.

D’un autre band, gaireben 2/3 del territòri nòstre demòran al fòra d’aquel decopatge administratiu, aquò representa un fren a la conscientizacion d’Occitània vertadièra, emai las regions concernidas per aquela exclusion tenon ges d’apartenéncia istorica visibla : Navèra Aquitània puja fins a Niòrt, en Provença son encara a batalhar amb lo nom de la region, Auvernha engolida per Ròse-Aups, territòris nòstres jos la dominacion d’autres Estats, etc.

A los que nos voldrián far dire que l’Occitània actuala correspond pauc o pro a Lengadòc o al Miègjorn e que fin finala seriá pas qu’aquò, lor demandam de fintar çò que se passa en Peiregòrd, que lo sentiment occitan i es fòrt, amb fèsta felibrenca importanta, estructuras, associacions, bandièras occitanas. Podriam tanben parlar d’iniciativas a l’entorn del sentiment nacional menadas i a pas gaire dins las Valadas Occitanas d’Itàlia.

Tornam formular nòstre desir de nos organizar sul territòri occitan entièr e de reivindicar una Occitània dels Païses d’Òc, en avançar ara la question federala, amb lo respècte de cada país :

Gasconha, Provença, Guiana, Auvernha, Lemosin, Lengadòc, Daufinat, País Nissart, Valadas Occitanas d’Itàlia e Vath d’Aran.

                                                        [Image: Jornalet.]                                   

Anarem al davant de las personas dins l’ensemble dels Païses d’Òc per bastir amassa una Occitània granda.

Coma dins l’ensemble dels Estats francés, espanhòl e italian, Occitània va èsser tocada per una violenta crisi economica, ja que vesèm una salva de licenciaments e pichonas entrepresas que riscan de desaparéisser.

Apareisson atal las dependéncias economicas del territòri nòstre, amb per exemple lo sector aeronautic de l’anciana region Miègjorn Pirenèus, qu’èra una fòrça e vendriá ara una flebesa en cas de crisi.

Emai lo nombre de caumaires e precaris va créisser d’un biais demasiat, çò qu’es ja lo cas. Los estudiants tanben son tocats, son dins una passa fòrça malaisida, d’incertitud, de misèria propícia als suicidis.

Per s’aparar d’aquò, sonque un projècte fa lo pes : tornar prene lo contraròtle e lo poder en Occiània, pr’amor de portar un autre modèl economic e societal.

Per las annadas que venon, nos deurem organizar e èsser al costat del pòple nòstre, que quitarà pas jamai de luchar.

Nos jónher

Las personas que nos rejonharàn, participaràn a la soscadissa actuala e al projècte que sèm a construsir.

Jonheretz una organizacion en bastison ont podretz portar la vòstra pèira dins l’elaboracion d’una linha politica justa pel pòple nòstre.

Lor demandam als occitans e occitanas que contunhen lor implicacion dins las luchas socialas actualas e futuras, d’auçar la bandièra nòstra, de far existir la lenga e cultura nòstras, la nacion occitana.

Afirmam als occitanistas e als occitans e occitanas que traversam un moment de l’Istòria que nos buta a federar nòstres moviments politics, culturals e associatius se volèm conéisser d’avançadas per Occitània, pels Païses d’Òc, dins las decennias que venon.

Per la bastison d’una organizacion revolucionària e independentista d’Occitània,

Per una Republica Populara d’Occitània,

Per una lenga e una cultura occitanas respectadas,

Per combatre l’etnocidi occitan,

Per far valer los dreits democratics de la nacion occitana.

Front Popular per la Republica Occitana

——–

[FR] En ce début d’année nous tenons à faire un rapide bilan et un tour d’horizon en toute transparence.

Émergence dans un moment clef historique

Nous avons lancé une nouvelle organisation révolutionnaire occitane, indépendantiste, il y a 3 ans, après plusieurs années de réflexion.

Nous avons voulu la construire sur l’ensemble du territoire occitan, en amenant un projet de société pour l’Occitània et pour ses habitants.es avec pour idée la formation d’un État occitan et une république populaire.

Nous avons ouvert des analyses sur notre territoire, via des cartes, nous avons avancé l’idée d’ethnocide, porté le concept de nacion occitana et mis en avant la notion de peuple occitan.

Ce lancement s’est fait dans un moment clef de l’Histoire du début du XXIe siècle sur 2 volets.

À savoir, en premier lieu, un lancement en plein mouvement des Gilets Jaunes, avec l’affirmation de populations périphériques et le début d’une crise politique d’envergure.

En tant que militants.es depuis de nombreuses années, nous savions que des jours de luttes et plus conflictuels allaient arriver mais nous ne pouvions imaginer un mouvement d’une telle ampleur fin 2018 et tout ce qu’il allait générer et remettre en cause.

Nous avons participé entièrement à ce mouvement, en y décelant son sens profond dès le départ et en étant sur le terrain auprès de celles et ceux qui luttent. Nous avons pu y voir ses limites et nous avons subi, comme beaucoup d’organisations, des doutes et des contradictions en interne.

Ce que nous a appris ce mouvement, c’est que des manifestations massives, répétitives tous les samedis, même radicales, ne suffisent pas à faire changer les choses. Cela peut être nécessaire mais ce n’est pas une fin en soi.

S’il n’y a pas d’organisation, de structuration, de plan, de stratégie, d’objectifs, d’étapes à franchir, cela ressemblera sans cesse à la même chose et sera voué à l’échec.

Nous pensons qu’il est important de comprendre cela, une insurrection n’est pas une révolution.

En second lieu, nous avons créé une organisation « de libération nationale » à un moment particulier des Luttes de Libération Nationale (LLN). Il n’y a qu’à analyser ce qui se passe en Catalogne, au Pays basque, en Corse, en Bretagne, au Kurdistan ou en Irlande. Les LLN se réinventent et cherchent de nouvelles stratégies de lutte et cela nous oblige à réfléchir aux possibilités qui s’offrent à nous pour le siècle à venir.

L’exemple catalan nous montre qu’on ne peut arriver à une libération nationale par une prise de pouvoir par les élections. On n’obtient donc pas aujourd’hui d’indépendance par les élections ni en attendant que les élites bourgeoises nous l’offrent sur un plateau ni même, dans une Europe d’États forts, ni par une longue lutte armée clandestine. Cela n’enlève pas notre volonté de démocratie pour le peuple occitan, et le fait que nous pensions que certaines élections locales puissent être pertinentes.

La voie à emprunter est donc en réflexion au moment où on perçoit qu’aucun État ne laissera un bout de son territoire s’échapper pacifiquement. Nous sommes en pleine crise du capitalisme et des pays impérialistes. La réponse de l’État ne pourrait être exempte de violence et de répression.
L’heure dans l’État français est à la réaffirmation du sentiment nationaliste français, du repli identitaire, de la loi sur le séparatisme, d’obligation de drapeau bleu-blanc-rouge dans les écoles, de la réforme Blanquer…

Le retour d’une lutte des classes.

Alors qu’entre 2010-2018 de nombreuses études, livres, statistiques nous parlaient d’un accroissement des disparités entre riches et pauvres et que la classe moyenne s’effritait, le mouvement GJ confirma ce phénomène et marqua assurément le grand retour de la lutte des classes.

Même si elle ne s’était jamais réellement estompée, on vit de nouveau un fort antagonisme et une radicalité sans précédent depuis plusieurs décennies, avec bien entendu une répression étatique à la hauteur du moment.

Une des revendications des GJ a été le retour de l’ISF, mais aussi de pointer du doigt ceux qui s’enrichissent à tour de bras pendant que d’autres s’appauvrissent de plus en plus. Ce phénomène est encore à l’œuvre en pleine crise sanitaire où certains atteignent des records de profits.

Un récent rapport d’OXFAM est venu mettre en lumière que les inégalités se sont creusées pendant la crise de la Covid-19. Alors que les plus riches ont continué de s’enrichir sur 2020 malgré la pandémie, l’État français compte désormais 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, soit près de 15 % de la population. Les exploiteurs profitent de la crise et les exploités s’enfoncent dans la pauvreté.

Une radicalité territorialisée

Dans le mouvement qui naquit en 2018, l’Occitània se révéla comme une des zones les plus agitées de l’État français, pour ne pas dire LA zone, avec la Bretagne et Paris, qui sont des zones historiques de révolte.

Un particularisme occitan donc où certains journalistes ont pu évoquer une région historique contestataire, le territoire refuge des républicains espagnols, le « Midi rouge », connu comme une terre électoraliste de gauche, évoquant les maquis durant la résistance de 39-45, les révoltes des vignerons de 1907 ou même les Cathares…

Les 800 ans de révoltes populaires depuis notre annexion ne sont pas un mythe.

Tolosa, Bordèu, Narbona, Lo Puèi, Montalban, Tarba, Marselha, Montpelhièr. Autant de villes occitanes mobilisées et donc d’Occitans.es dans la rue, avec une volonté de changement. Des revendications portées de plus par des populations périphériques, jusqu’ici tant oubliées, avec des mots d’ordres tels que « Justice sociale », « souveraineté », « plus de démocratie directe ».

Encore aujourd’hui, cette radicalité n’est pas redescendue, elle était visible lors des manifestations contre la loi sécurité globale dernièrement, avec beaucoup de monde et une contestation hostile.

Être militant

Ce mouvement est venu perturber le cours de la pratique militante, ce dans quoi nombre d’entre nous baignait depuis de nombreuses années.

D’un coup, être militant.e, être révolutionnaire, a repris son sens originel, à savoir, se mettre en jeu, s’organiser, faire preuve d’autocritique et de discipline, croire et avancer pour un projet, porter l’optimisme du changement et, enfin, être victime de la répression.

Comme la plupart des militants.es et donc des organisations de l’État français, nous sommes dans une période de réflexion sur la ligne politique juste à adopter.

Construction de notre ligne politique

Dernièrement, on voit beaucoup apparaître la question de la « souveraineté », de « l’échelle de décision politique », ou d’une démocratie plus directe avec le RIC.

En tant qu’Occitans.es, comme les autres peuples de l’Hexagone, on peut bien entendu y voir un sens avec nos luttes depuis plusieurs décennies, avec par exemple le fameux slogan occitan «  viure al pais » ce à quoi avait rajouté le milieu politique «  viure e decidir al pais ».

Car il s’agit bien de ça aujourd’hui, de reprendre le contrôle de nos vies, de notre économie, de l’Occitanie.

Nos revendications et nos aspirations se montrent plus que jamais justes, il nous faut à présent transformer cela et définir une ligne politique. Nous n’avons pas honte de dire que nous sommes dans ce tourbillon actuel, où le néolibéralisme est ultra-fort et, en face, des mouvements, des organisations, une gauche qui sont sur la défensive.

Nous devons quitter cette attitude dans nos esprits, dans nos projets, dans nos revendications et passer à l’offensive.

Cependant, l’erreur commise dès le début, c’est d’avoir voulu, avec l’influence d’anciens membres, appliquer une ligne politique préétablie, prédéfinie, étroite, alors que nous devrions toujours être en construction de celle-ci, tant des thématiques sont encore fragiles. Nous avons amené un schéma dépassé du « socialisme » qui nous semble à présent inadapté et dans l’impossibilité de répondre à l’époque, avec une question centrale de « comment prendre le pouvoir en Occitània ? »

C’est donc avec humilité que nous affirmons que notre ligne et notre organisation continuent d’être en construction et que cette ligne sera le résultat de travaux internes mais aussi d’interactions avec d’autres organisations de luttes de libérations nationales et révolutionnaires.

Cependant, nous pouvons déjà confirmer des points de notre ligne politique qui ne bougeront pas :

-Réoccitanisation :lutter contre l’ethnocide, pour une reconquête de nos droits démocratiques nationaux, linguistiques et culturels.

-Un projet occitan sur l’ensemble de l’Occitània

-Affirmer la volonté d’une république occitane.

-Adopter la question fédérale et respecter les particularismes au sein de l’Occitania. (Provence, Gascogne, Limousin, Auvergne, Languedoc, Guyenne, Pays Vivaro-alpins, Val d’Aran, Vallées occitanes italiennes, Pays Niçois )

Pour un pays libre de tout impérialisme, du fascisme et de toutes les discriminations.

– Pour un pays qui soutient toutes les luttes de libération contre les politiques impérialistes.

-Les luttes féministes ont gravi une marche ces dernières années. Les violences sexistes sont plus que jamais dénoncées et des manifestations contre la domination masculine ont été lancées un peu partout dans le monde. L’occitanisme politique a encore du chemin à faire, théorique et pratique sur cette question.

-Construire les bases d’un projet alternatif au capitalisme en Occitània, en lien avec les autres peuples de l’État français, espagnol, italien…. car nous ne pourrons nous libérer seuls. Nous devrons tirer un bilan des expériences du XXe siècle et du début du XXIe siècle.

Si comme nous l’avons dit, la question de la prise de pouvoir sur notre territoire est une des principales problématiques et réflexions, cela n’empêche pas de pouvoir construire en attendant des structures occitanes, des contre-pouvoirs, des premières pierres, des outils de la future république occitane, à l’image par exemple d’un « omnium occitan »…

Le développement de contre-pouvoirs cités plus haut, idée peut-être vague mais qui connaît pourtant des cas bien réels aujourd’hui, devrait se construire comme une réponse au désengagement de l’État dans certains pans de la société, notamment au niveau local. Le pouvoir étatique vend ses biens et services à la bourgeoisie tout en abandonnant un peu plus les territoires (communes et quartiers de ville) à leur sort. C’est dans ces endroits « oubliés » de Paris que peuvent naître les futures structures socialistes et démocratiques occitanes. Une mainmise très localisée sur le partage du pouvoir, sur une certaine collectivisation de la production, même partielle, serait déjà un grand pas en avant et une expérience précieuse en ce début de XXIe siècle.

L’Occitània de 2021

Aujourd’hui, l’existence d’une région portant le nom d’Occitanie pose problème. Si celle-ci a des aspects positifs pour la zone couverte par la dite région, où un sentiment occitan se développe, avec une apparition de la croix occitane, du mot «  Occitanie », une conscientisation sur la culture, sur l’histoire, sur l’identité, ses limites administratives restent un obstacle.

D’un côté, cette région englobe des territoires catalans non-occitans qui sont victimes de l’amalgame parisien, symptomatique d’un État central qui ne se préoccupe pas des minorités nationales.

D’un autre côté, près des 2/3 du territoire occitan sont exclus de ce découpage administratif, ce qui représente un frein à la conscientisation de ce qu’est réellement l’Occitània, d’autant plus que les régions concernées par cette exclusion n’ont aucune appartenance historique visible : Nouvelle-Aquitaine qui va jusqu’à Niort, combats autour du nom encore en cours en Provence, redécoupage improbable de l’Auvergne, territoires occitans sous domination d’autres États, etc.

À ceux qui voudraient nous faire dire que l’Occitanie actuelle correspond grosso-modo au Languedoc ou au Midi et qu’au fond ce n’est que cela, nous leur demandons de regarder ce qui se passe par exemple en Périgord, où il y a un sentiment occitan fort, fête félibrige importante, structures, associations, drapeaux occitans. On peut aussi parler des vallées italiennes occitanes où différentes initiatives autour du sentiment national ont été lancées dernièrement.

Nous reformulons le désir de nous organiser sur l’ensemble du territoire occitan et de revendiquer une Occitània -des Pays d’Oc-, en mettant dorénavant en avant la question fédérale, avec le respect de chaque pays :

Gasconha, Provença, Guiana, Auvernha, Lemosin, Lengadoc, Daufinat, Pais Nissart, las valadas occitanas en Itàlia eVath d’Aran

Nous irons à la rencontre des personnes dans l’ensemble des Pays d’Oc pour construire ensemble une grande Occitània.

Tout comme dans l’ensemble des États français, espagnol et italien, l’Occitània va être touchée de plein fouet par une violente crise économique, on voit déjà des licenciements en cascade et des petites entreprises qui risquent de disparaître.

On voit ainsi apparaître les dépendances économiques de notre territoire, avec par exemple l’aéronautique de l’ancienne région Midi-Pyrénées, qui était une force et aujourd’hui tend à devenir une faiblesse en cas de crise.

De plus, on peut dire que le nombre de chômeurs et de précaires va s’accroître fortement et c’est déjà le cas. Les étudiants font parti du lot, ils sont dans une période très difficile, d’incertitude, de misère.

Pour parer à cela, un seul projet à la hauteur: reprendre le contrôle et le pouvoir en Occitània afin d’apporter un autre modèle sociétal et économique.

Pour les années à venir il faudra donc nous organiser et être au côté du peuple occitan qui ne cessera de lutter.

Nous rejoindre

Les personnes qui nous rejoindront, prendront part à la réflexion actuelle et au projet à construire.

Vous rejoindrez une organisation en construction où vous pourrez apporter votre pierre dans l’élaboration d’une ligne politique juste pour le peuple occitan.

Nous appelons les Occitans et les Occitanes à continuer d’être présents.es et à s’impliquer dans les luttes sociales actuelles et futures, à brandir le drapeau occitan, à faire exister notre langue, notre culture, la nacion occitana.

Nous affirmons aux occitanistes et aux Occitans.es que nous sommes dans un moment de l’Histoire où nous avons besoin de fédérer nos mouvements politiques, culturels et associatifs si nous voulons connaître des avancées pour l’Occitanie – des Pays d’Oc- dans les décennies futures.

Pour la construction d’une organisation révolutionnaire et indépendantiste d’Occitània,

Pour une république populaire d’Occitània,

Pour une langue et une culture occitanes respectées,

Pour combattre l’ethnocide occitan,

Pour faire valoir les droits démocratiques de la nacion occitana,

Front Popular per la Republica Occitana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *